Feeling Food, la diététique bienveillante

Les régimes, ils reviennent vite sur la table, dans les médias, les publicités, etc… lorsque s’approchent l’été. Oui au mois de Mars, on vous montre des corps sveltes, des formes harmonieuses et des promesses de perdre rapidement… Seulement, il y a un mais oui, perdre du poids peut être bien mais pas rapidement. Puis vous êtes une personne, pas un numéro qui va rentrer dans une case. Non, vous êtes une personne avec un passé, une santé à vous, vos envies, vos attentes concernant le poids. Tout cela Feeling Food l’a bien compris et surtout l’a mis en pratique dans son programme à l’accompagnement diététique.

Feeling Food

Feeling Food avant d’être un programme coaching diététique qui a été créé en 2016 dans l’Hérault (Vive le Sud, toujours le Sud :p ), c’est avant tout derrière tout cela deux personnes. Maurianne Raillier diététicienne depuis plus de dix ans et Aline Couquet, chargée de communication, qui connait que trop bien les régimes « belles paroles, belles promesses ».
Feeling Food déjà ne parle pas de régime mais de rééquilibrage alimentaire. Le programme sera différent que l’on soit diabétique, végétarien, enceinte ou si l’on souhaite prendre du poids. Le programme choisi se compose de deux offres : classique ou prenium.
Classique :

  • Un programme suivant vos besoin
  • Un espace personnel qui comporte vos données personnelles comme les mensuration, etc… vos menus,
  • un planning de menus avec des recettes. Si la recette ne vous convient pas, vous avez des alternatives
  • un groupe privé sur facebook pour se soutenir, s’entraider, poser des questions.

Prenium :
Cela rajoute à la liste du dessus :

  • 2 rendez-vous téléphoniques ou par skype avec la diététicienne Maurianne.

Le prix par mois est à partir de 27 € par mois suivant la catégorie que vous prenez. Sachez que vu que Maurianne est diététicienne diplômée, c’est une partie peut être prise en charge par la sécurité sociale et votre mutuelle suivant celle que vous avez.
Important de savoir que même si vous avez un prix dégressif si vous prenez plusieurs mois, ceci n’est pas un abonnement. Lorsque vous arriverez à la date de fin de votre paiement, aucun argent sera retiré de votre compte. Pensez à marquer vos données (mesures, menus, sur papier pour pas tout perdre comme moi :D)
Vous pouvez retrouver Feeling Food sur divers réseaux sociaux :

Avis

Claude : lorsque Aline a lancé un appel pour trouver des personnes prêtes à tester leur programme, j’étais dans la phase, il faut que je me bouge mais mes derniers rendez-vous avec différents diététicienne/endrocrinologue n’ont pas rendu ce que je souhaitais. Non pas que je pensais perdre dix kilos en une semaine, non, mais je n’ai pas étais entendue, écouter. Limite, ils prenaient ma carte de sécurité sociale, mon chèque et basta.
Donc, je me suis dit qu’est ce que j’ai à perdre ? Rien. Qu’est ce que j’ai à gagner ? Du poids en moins :D.
D’ailleurs, j’ai écrit un premier article lorsque je me suis lancée » Mon aventure commence avec Feeling Food« . Cet article vous présente bien mon enthousiasme mais aussi les deux femmes qui sont derrière Feeling Food.
Avouons que nous, oui nous, car monsieur refusait que je préparer plusieurs menus pour un repas. Donc nous n’avons jamais autant mangé des plats en sauce, parfumés, savoureux qu’avec Feeling Food. Imaginez-vous un bon crumble de courgettes et au poulet, un rougail saucisse ou même un croque monsieur épinards (quoi, c’est bon les épinards :p ), oignons caramélisés, gouda. Je vous prépare un autre article avec des recettes car Maurianne et Aline m’ont autorisée à vous en dévoiler quelques unes. Voici un petit visuel du rougail saucisse 😉

 


De plus avec les menus donnés, vous pouvez les changer contre équivalent suivant vos goûts, vos allergies, vos envies du moment etc…
J’ai eu du mal à changer ma manière de cuisiner mais surtout pour les courses. J’ai toujours eu des réserves, la preuve en est là :

View this post on Instagram

Bonjour à tous. Il faut que je vous parle de Madame "Au cas où". Cette dame a toujours dans son placard de bonnes choses au cas où. Mais voilà, les "au cas où" sont rares et pourtant lorsque Madame "Au cas où" va dans un marché de terroir, trouve un nouvel artisan, elle lui prend souvent quelque chose pour elle et sa famille mais aussi une en plus pour le "au cas où". Résultat les placards sont entrain de regorger et les "au cas où" quelqu'un vienne sont limites existants. Le jour où l'on déménage les "Au cas où" prennent une place monstre dans les caisses, sont lourds à transporter. Oui, on en ouvre bien à ce moment mais quand même. Cela sert bien lorsque des invitations sont passées mais pas assez souvent. "Attention, cela n'est pas un appel du coude pour pouvoir le lever". Non, Madame "Au cas où" essaie petit à petit de prendre conscience de moins acheter et de ne le faire vraiment que "s'il y a besoin et envie". Le chemin est dur, plein de tentations et recevoir aussi des chouettes présents de victuailles est génial mais cela peut faire retomber dans les travers. Alors, oui Madame "Au cas où" c'est MOI ! Moi qui vais essayer de gommer des années de réserve car peur manquer, de ne pas avoir pour recevoir à l'improviste (alors qu'il n'y en a jamais), etc… Êtes-vous la réserve à mamie (sans être péjorative) ou vos placards sont dans le néant le plus complet ?

A post shared by Famille tout à dire. (@familletoutadire) on

J’ai acheté des produits que je ne me servais jamais (lait d’amende, sauce crème de riz, etc….). Après, j’avais toujours peur de ne pas faire assez, etc… Bon, Maurianne et Aline, nous conseille de préparer le repas en quantité plus grande pour que nous ayons un autre repas avec. Ce qui permet de ne pas passer son temps aux fourneaux. Je le faisais déjà puisque généralement, je prépare la gamelle de mon homme et notre repas du lendemain la veille. Je fais en sorte qu’il en reste pour un autre jour aussi que je congèle souvent.
J’avoue que j’ai eu un début de stress au départ, car entre le temps pris à changer mes habitudes pendant les courses et ainsi que le temps de cuisiner autrement, je trainais souvent en cuisine. Par contre, quel régal. Du coup, je trouvais mes plats d’avant très fades. Il faut dire qu’à part l’ail, l’oignon, les herbes de Provence et quelques fois des épices, mes plats étaient surtout nature.

Quelque chose qui m’a marqué chez Feeling Food, c’est leur bienveillance. Que ce soit les de la part des deux fondatrices, dans leurs discours, dans le soutien mais aussi dans le groupe lié à leur site du programme. Tout le monde se soutient, s’encourage. De plus, si nous avons un repas avec des amis et du coup, nous faisons pas le menu proposé ben pas grave. Il faut bien avoir une vie sociale. De manger, de profiter de vos amis mais sachez aussi écouter votre faim ! Enfin, cela fait du bien d’entendre et de voir cela. D’ailleurs, Maurianne dit aussi d’oublier un peu sa balance. Il faut arrêter de se peser à tout va et n’importe quand 😉
« Elle sait que le poids peut être un soucis de santé mais pas que. Par exemple, pour moi, mon soucis ne vient pas que des quantités. Je le sais. Je connais une partie de mon problème mais je ne suis pas prête à en parler pour mieux évacuer le poids de l’âme et par déduction celui du corps par la suite. »
Le but pour Maurianne et Aline, ce n’est pas que vous restiez avec le programme pendant des années. Non, leur objectif est vous donner les cartes en main et après, c’est à vous de vous en servir tout seul, sans le programme.

J’ai perdu environ plus de 2kg dans le mois. Je note environ car comme je le rappelle, le programme Feeling Food n’est aucunement un abonnement. Du coup, j’ai perdu toutes mes données et que j’ai oublié de noter sur un papier mes résultats du mois. Mais je me souviens bien d’avoir fait un mac do (oui, je sais mais j’ai profité), un restaurant et un repas entre amis pendant le mois. Oui, oui, nous avons eu un mois actif et encore, il y a eu plus actif depuis mais honnêtement, certaines fois, c’est plus tranquille que cela.
J’ai pu voir mon ventre se dégonfler mais également mes portions se réduire au fur et à mesure. J’ai encore certaines mauvaises habitudes comme me resservir. Du coup, je sers qu’une petite portion et je me ressers. Comme cela, mon cerveau est content et a l’impression de manger plus alors que c’est juste une quantité normale divisée en deux lol.

pese personne humour Famille Tout à Dire
J’ai aimé ce partenariat et vu que j’ai remarqué des résultats j’ai pris un mois supplémentaire à mes frais ;). Alors Feeling Food la diététique bienveillante, vous tente t’elle ?


Une réflexion sur “Feeling Food, la diététique bienveillante

  1. C’est super intéressant d’avoir un avis constructif, personnellement j’effectue un réequilibrage alimentarie pour plus intégrer des bons aliments dans ma routine et varier mes repas 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s