Bêta-testeurs pour le jeu « Libérez-moi » de Coq6grue

Début juin, j’avais lu, sur intasgram, une annonce de la maison d’édition de jeux Coq6grue qui cherchait des testeurs pour leur jeu « Libérez-moi ». Le jeu était déjà sorti mais des améliorations avaient été apportées et Coq6grue souhaitait avoir des retours de personnes inconnues. Après avoir lu les conditions, j’ai proposé la candidature de notre famille. Nous ne sommes pas la Famille Tout à Dire pour rien 😉

Coq6grue

Coq6grue est une maison d’éditions française de jeux créée par Céline Toledano et fabriqués en France. Cette dernière allie loisirs créatifs et jeux. Comment me direz-vous ? Tout simplement en laissant place à la créativité des enfants dans ces jeux. Ces derniers ont bien une règle du jeu, un plateau, des cartes mais l’enfant peut créer son propre personnage que ce soit par les autocollants ou en dessinant leur propres personnages et en coloriant le plateau. Ce concept innovant de jeux n’est pas le seul atout dans cette société. Céline a à cœur, l’écologie et inscrit Coq6grue dans une démarche écoresponsable. L’entreprise utilise des encres végétales, des matières recyclées, le papier et le bois viennent de forêts durables. Puis quel parent n’a t’il pas culpabilisé en jetant les dessins de ses enfants ? Céline l’a vécu avec ces deux filles et maintenant, grâce à elle, nous aurons des jeux uniques car nous partagerons la base mais chaque enfant aura mis de son imagination de sa créativité. Un sacré souvenir en perspective.

Les réseaux de Coq6grue :

Bêta-testeurs de Libérez-moi

Nous n’avions jamais été bêta-testeurs, testeurs de jeux oui, mais pas en bêta-test. Être bêta-testeur, c’est une personne qui a accès à un produit avant la commercialisation, la phase finale du produit ou le rajout d’améliorations. La personne devra le tester dans les conditions de la vie de tous les jours et faire un retour pour l’amélioration de celui-ci. En ce qui concerne, le jeu Libérez-moi, les conditions étaient :

  • avoir minimum un enfant de 6 ans ou plus,
  • jouer six parties en une semaine, week-end compris,
  • participer à une visioconférence de 20 minutes pour débriefer.

Pour rappel, notre famille se compose de Pascal, notre fille de 6 ans et 4 mois au moment du test et moi. Nous aimons les jeux de société et tester de nouvelles choses. Puis, je trouvais tellement enrichissant de lancer notre famille dans une nouvelle expérience et en plus de façon ludique par le jeu.

Libérez-moi

Libérez-moi est un jeu de plateau dont l’histoire se passe dans un château. Vous devez être le premier a trouvé la clé et l’épée cachées parmi les dalles (cartonnettes) du château pour aller sauver le prisonnier fait par le méchant magicien Melromus. Il faudra éviter les pièges posaient dans le château et travailler sa mémoire.

Notre bêta-test contenait :

  • un plateau de jeu en papier à colorier pour le test mais il sera en carton dans le jeu
  • quatre pions en bois
  • un dé
  • 8 cartes de joueurs héros déjà créées
  • 8 cartes de joueurs héros à créer par dessin ou avec les autocollants fournis
  • 45 cartonettes avec des actions au dos
  • 1 dépliant expliquant les règles du jeu

Une partie peut durer 20 minutes beaucoup moins si vous avez de la chance (nous avons fait une partie en moins de douze minutes chrono avec de la chance) et le temps de coloriage des cartes et du plateau est environ de deux/trois heures. Le jeu à deux évolutions. Le niveau de difficulté peut être changé suivant l’âge des joueurs ou s’ils sont aguerris du jeu ou pas. Le jeu se joue de 2 à 4 joueurs à partir de six ans. Son prix du jeu est de 34€90 sur le site Coq6grue.

Avis

Mamie : Je n’aime pas les jeux de société. Ce n’est pas mon truc mais pour faire plaisir à ma petite fille, j’ai accepté de jouer avec eux trois. J’ai pu faire relever que les règles étaient écrites un peu petites, surtout si, les joueurs avaient des soucis de vue comme moi. Puis, j’ai eu un peu de mal à attraper mon pion. Par contre, les zygomatiques m’ont fait tellement mal car qu’est-ce que j’ai ri pendant les trois parties que j’ai joué. C’est un sacré travail de mémoire que de se rappeler l’emplacement des dalles intéressantes. Claude : Pendant que je transcris le message de ma maman, il faut savoir qu’il y a quelques jours, elle m’a demandé comment c’était passé le retour de mon débriefing du jeu et me disait que vraiment, c’est un jeu qu’elle n’oubliera pas et qu’elle a apprécié d’y jouer.

Pascal : Être bêta-testeur est une véritable découverte pour moi et une belle expérience. Le jeu libérez-moi est très facile à jouer quelque soit l’évolution (le niveau de difficulté 1 ou 2). Mon côté logique de par mon métier, entre autre, m’a permis de faire remonter une action qui me paraissait logique mais en fait, nous ne pouvions pas le faire dans le jeu. Pour mieux m’expliquer, lorsque je monte à l’étage par l’escalier sur la case de Melmorus, pour moi, je pouvais le redescendre aussitôt, hors, nous avons appris que ce n’était pas le cas. Il fallait au moins passer la case Melmorus et après, au prochain tour, nous pouvions changer notre direction. Le plateau de jeu permet de réunir toute la famille pour le créer à sa propre image ou imagination. Nous savons qu’il sera unique par ses couleurs. Niveau stratégie, j’ai aimé que dans la deuxième évolution, nos cartes joueurs ont des pouvoirs. De plus, rien n’est défini ou acquis dans le jeu car votre clé et/ou votre épée peuvent être volées par un pouvoir ou un piège. Même votre carte joueur peut changer de main. Sachant que chaque carte joueur a un pouvoir spécifique et unique.

Pitchoupette : j’adore dessiner et pour une fois, un jeu me proposait de pouvoir le faire. D’habitude, je n’ai pas le droit de dessiner dessus. J’ai beaucoup aimé les gommettes et j’ai créé mon propre personnage. D’ailleurs, papa et maman n’ont pas voulu que je colle tout. Je voulais mélanger toutes les gommettes mais maman m’a dit qu’elle ne savait pas si j’avais le droit. Claude : Nous voulions pas que tout soit fait dans la précipitation. J’ai compris très rapidement les règles du jeu que mes parents m’ont lues et j’ai retenu assez rapidement les actions à faire grâce aux cartonnettes. j’ai aimé la forme du pion mais aussi le thème du jeu. Je préfère jouer à l’évolution 2 même si celle-à est plus difficile.

Claude : Au départ du jeu, je ne voyais pas quoi faire remonter à part que nous nous sommes bien amusés. Puis au fil des parties, nous en avons fait plus de six et nous avons pu noter différentes choses que nous avons cherché dans les règles où nous avions un doute. Plus de dix questions ont été posées et auquel Céline a pu me répondre pendant la visioconférence. D’ailleurs, par certaines de nos remarques, peut-être une évolution 3 pourrait se créer. L’espoir fait vivre lol. Imaginez que le jeu a deux évolutions et nous, nous avions pensé à le compliquer lol. Pour ce qui concerne le mélange de gommettes, je n’avais pas osé laisser faire notre fille car je ne savais pas si cela changerait les pouvoir ou pas. J’ai su que plus tard, les cartes créées auraient des noms de classes même si le personnage porte une couronne avec un bâton de magicien. L’enfant choisira le type de classe du personnage et cela définira le pouvoir. C’était la première fois que je faisais une visioconférence et malgré que l’heure me convenait, j’avoue que cela était difficile de trouver un coin tranquille à l’école pour le faire. Heureusement Céline n’a pas tenu compte de cela et j’avoue que de mon côté, le feeling est bien passé. Nous avons discuté pendant plus de 40 minutes. Je lui ai dit nos remarques et questions mais également la remercier pour n’avoir pas mis des couleurs genrées aux personnages (la princesse ou la fée ne sont pas en rose par exemple) et de sa confiance. Parmi, les remarques, c’est de rajouter un pion car il y a souvent des familles de trois enfants.

Imaginez que votre pouvoir ne vous convient pas mais vous convoitez celui de votre voisin, hors ce dernier est en prison. Cela vaut-il la peine de finir en prison ? Les cartonnettes ont des actions derrière leurs dos et ces dernières doivent être accomplies de suite sauf pour celle du voleur. Oui, il y a des cartonnettes voleurs mais ces dernières peuvent être contrées de différentes manières. Non, je n’en dirais pas plus pour garder le suspens du jeu.

Quelle expérience pour notre famille de participer à la phase d’évaluation et d’amélioration d’un jeu. Nous avons autant aimé cela que le jeu en lui-même. Joindre l’utile à l’agréable, merci à Céline de Coq6grue pour cette confiance et notre participation à ce bêta-test de « Libérez-moi » et honnêtement, nous espérons que cette expérience ne sera pas la dernière.

n’hésitez pas à nous laisser un petit commentaire ou à nous suivre sur nos divers réseaux 😉


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s