Stabilité précaire contre changement

Coucou tout le monde. Aujourd’hui, il est temps de vous raconter mes aventures… Un jour, la directrice de l’école dans laquelle je travaille m’avait dit que la stabilité n’était pas pour moi et le changement était mon mot cette année. Bien sur, je n’étais pas du tout d’accord avec elle car j’en avais marre de changer de planning, d’une stabilité précaire, etc…


Sauf… Avant de vous donner la suite, il faut que je vous explique comment cela fonctionne un peu tout cela. Le Pial (pôle inclusif d’accompagnement localisé) a un viviers d’aesh avec un nombre maximum par secteurs et doit repartir tout le monde dans les écoles, auprès d’élèves notifiés. Il peut y avoir plusieurs Pial par communauté de Communes par exemple. Çà, c’est le côté organisation et organisé mais après, la direction de l’école dispatche aussi en son sein, etc… Puis, il faut voir aussi ce que décident les enseignants référants, leurs humeurs, les besoins, etc..


Bref, sauf que (oui revenons à nos moutons) Oui, sauf que lorsque j’ai vu le mail de ma coordinatrice du Pial précisant qu’un autre secteur cherchait des aesh, j’ai hésité que quelques heures avant de proposer ma candidature pour voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Oui, j’ai hésité car nous avons toujours ce que nous perdons mais pas ce que nous aurons. L’herbe est toujours plus verte ailleurs mais… »
Attention, je n’ai rien contre ma coordinatrice et au contraire, nous avons toujours eu une entente cordiale entre elle et moi. Non, mais je n’arrivais pas à trouver ma place dans l’école. Un coup, je devais aller dans la classe d’Ulis pour suivre mon élève, un coup non je ne devais le suivre qu’en inclusion, un coup tout dépend du nombre d’adultes dans la classe… Cela me rappelait mes débuts de reprise en tant qu’aesh « premier jour comme un cheveux sur la soupe« . Puis chacun sur la page a pu lire mes soucis avec le changement et la stabilité précaire que j’ai vécu depuis le début d’année scolaire.

Vendredi, j’ai reçu le mail, j’y ai répondu positivement et j’ai été acceptée dans la foulée. Purée le DSDEN ne répond jamais aussi rapidement eux par contre…


Sauf que voilà, là, ne fait que commencer l’aventure enfin si l’on peut dire cela comme ça. Vendredi, je dis au revoir à mes élèves et leurs camarades de classe. Surtout que j’ai quatre élèves, dans trois classes différentes mais avec les inclusions, cela fait cinq classes. Oui, j’ai du mal à comprendre un de mes élèves étaient en inclusion dans différentes classes. Lundi matin, je suis malade car entre le fait de ne pas avoir de chauffage et d’eau chaude depuis six jours, le marché de Noël qui m’a donné entre autres des inflammations, etc.. Donc, lundi, je fais la transition avec ma collègue et l’après-midi, j’ai rendez-vous avec ma nouvelle coordinatrice pour parler de ma nouvelle affectation. Car elle ne sait pas où je vais. Bordel, j’ai dit que je voulais de la stabilité. Pourquoi, j’ai accepté alors que mes élèves étaient top ! J‘étais bien dans ma zone de confort malgré que c’était un peu bancal.
C’est très rare que la passation se fasse entre deux aesh donc autant la faire et qu’elle ne se sente pas perdue. Fin de matinée, je discute avec des collègues et je vois des élèves partir un à un et je demande pourquoi. Là, j’apprends que mon ancienne classe à un cas de Covid et tous vont se faire tester. Sauf qu’ils ont oublié de me prévenir. La direction revenant de maladie a oublié que j’étais dans la classe vendredi. On me rajouter dans la liste de la sécurité sociale


Lundi après-midi, j’annule mon rendez-vous avec la coordinatrice et j’appelle ma pharmacie pour faire le test sauf qu’elle me dit que je dois payer car pour eux la lettre de l’académie ne fait pas foi. Après, des coups, de fils pour dépatouiller tout cela, j’ai un rendez-vous pour le test. Je dois également voir pour que Chéri gère notre fille car je me mets en isolation jusqu’au résultat du test. Je fatigue de plus en plus. Ma bronchite me fait souffrir de plus en plus. Oui, je pense que c’est une bronchite asthmatiforme car j’en fait une par an. le médecin me fait une téléconsultation en attendant les résultats. J’ai surement bien une bronchite asthmatiforme surement car bien sûr, ce sont les mêmes symptômes que la Covid. Tiens, je revis la même situation que l’année dernière pratiquement. Sauf que là, je n’ai pas attendu d’être complètement hs pour voir le médecin. Je suis arrêtée pour une semaine. Malgré tout, je suis assez fatiguée et à cause de tout cela, nous n’avons pas pu fêter la Saint Nicolas comme chaque année, sur la page Facebook.


Non mais sérieux, j’aurais pu être malade pendant les vacances ou juste avant 😅. Sinon, nous avons enfin du chauffage et de l’eau chaude 😒. Par contre, je ne pourrais pas faire la transition avec l’ancienne aesh sur mon nouveau secteur du coup, et mon nouveau directeur d’école m’attend…

Je vous rassure mon test est négatif et je vois le médecin en réel aujourd’hui, mais quel changement… Bonjour, la stabilité…
Avouez que le changement ne me réussit pas vraiment 🤪.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s